DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE

Aire protégée de la Vallée de la Haute-Rouge

L’aire protégée aquatique projetée de la Vallée-de-la-Haute-Rouge à été décrétée en 2007. Son statut (projeté) est présentement décrété jusqu’au 11 juin 2020. D’içi ce temps, le BAPE devra faire des audiences publiques pour confirmer son statut et ses superficies.

La réserve aquatique projetée de la Vallée-de la-Haute-Rouge est principalement située dans la région administrative des Laurentides, entre le 46°35’ et le 47°02’ et le 74°22’ et le 74°48’ de longitude ouest. Une petite partie au nord-est est située dans la région administrative de Lanaudière. Elle est localisée à environ 5 km au nord-est du noyau villageois de la municipalité de L’Ascension et à environ 55 km des villes de Mont-Laurier et de Saint-Jovite. Elle se situe à moins de 20 km au sud de la communauté Atikamekw de Manawan. Cette réserve aquatique projetée couvre une superficie de 142 km carré. Sa portion laurentienne fait partie des territoires non organisées de Baie-des-chaloupes et de Lac-de-la-Maison-de-Pierre ainsi que de la municipalité de L’Ascension, de la municipalité régionale de comté d’Antoine-Labelle. Sa partie est se situe dans le territoire non organisé de Lac-Matawin, de la municipalité régionale de comté de Matawinie.

La réserve aquatique projetée s’insère dans la province naturelle des Laurentides méridionales. Elle fait principalement partie de la région naturelle de la Dépression du mont Laurier, mais sa partie nord-est se situe dans la région naturelle du Massif du mont Tremblant. Elle touche à de nombreux districts écologiques, soit, du sud-ouest vers le nord-est, les districts écologiques du Fond de vallée du lac Nominingue (extrémité sud), des Buttes de la rivière Rouge, des Buttes du lac de la Maison de Pierre, des Buttes de la rivière Royale et des Basses collines du lac Puppy.

La réserve protège une partie du bassin versant supérieur de la rivière Rouge, principalement sa vallée. Ce territoire se présente sous la forme d’une vallée, parfois encaissée, sise dans un complexe de basses collines de till mince. La vallée comporte parfois des versants escarpés où la roche affleure par endroit. La partie amont prend la forme d’un plateau de till. Ce paysage d’origine glaciaire a une altitude allant de 260 m à 675 m avec une moyenne d’environ 450 m. Les parois escarpées atteignent jusqu’à 160 m de dénivelé. À certains endroits, la vallée s’élargie jusqu’à former une terrasse d’épandage pro glaciaire de sable et gravier et d’alluvions fluviatiles subactuels. Ce territoire fait partie de la province géologique du Grenville et son socle est constitué de multiples types de roches, soit de la syénite, de la syénite alcaline, de la monzonite, du paragneiss, du gneiss granitique et tonalitique, du gneiss charnockitique et de la granulite.

Quelques secteurs de la réserve ont déjà fait l’objet de coupes forestières. Toutefois, de façon générale, ce territoire présente des forêts d’âge moyen. La portion la plus encaissée de la vallée de la rivière Rouge comporte des peuplements matures. Il en est de même pour les divers sommets de basses collines et ceux du plateau.

L’aire protégée aquatique projetée de la Vallée-de-la-Haute-Rouge, est décrétée de catégorie III (monument naturel/élément naturel marquant), elle est l’une des rares aires protégées aquatiques au Québec, elle est l’aire protégée aquatique située la plus proche de grands bassins de population et de tourisme, d’où l’intérêt de la mettre en valeur et une partie de celle-ci qui est composée des rapides des 21 milles, plus longs rapides dans l’est de l’Amérique du nord accessibles en voiture.

C’est dans le cadre des audiences publiques du BAPE et de la volonté de la municipalité de mette en valeur cette aire protégée, qu’une étude du potentiel récréotouristique de l’aire protégée de la Vallée-de-la-Haute-Rouge à été faite et que les conclusions de cette étude ont mené la municipalité à demander l’augmentation d’une partie de l’aire protégée au niveau de catégories II, c’est-à-dire Parc National.

Étude du potentiel récréotouristique de l’aire protégée de la Vallée-de-la-Haute-Rouge (format PDF 1546 ko)

Malheureusement, l’aire protégée est juxtaposée à des territoires fauniques structurés (ZEC Maison-de-Pierre et Réserve Rouge Matawin) et au territoire de revendication de la communauté Atikameck de Manawan, pour lesquels la chasse est le premier apport économique. Le changement de statut de l’aire protégée aquatique en Parc national enlèverait la possibilité de chasse sur ce territoire. Ce qui a empêché ces dernières d’appuyer un tel projet.

Ces dernières années, la municipalité de L’Ascension s’est fait le promoteur d’un projet de mise en valeur de l’aire protégée aquatique, appuyée par plusieurs municipalités et organismes de la région. Nous croyons que l’aire protégée aquatique projetée de la Vallée-de-la-Haute-Rouge est un élément d’intérêt de plus dans l’offre touristique et dans la diversification nécessaire de la MRC et de la municipalité.

La rivière étant le principal attrait de l’aire protégée aquatique et la Réserve Rouge-Matawin étant le gestionnaire du lit de la rivière. La municipalité désire appuyer la SEPAQ, organisme mandataire de gestion de la Réserve, dans le développement d’infrastructure permettant la mise en valeur de la rivière Rouge situé dans l’aire protégée aquatique.

Pour en savoir plus, sur les aires protégées au Québec, nous vous invitons à consulter le site du ministère du développement durable, environnement, faunes et parcs à l’adresse suivante :

http://www.mddep.gouv.qc.ca/biodiversite/aires_protegees/index.htm